Top
icon menu

La lombalgie : comprendre son mal de dos

07 Fév 2019

On définit par lombalgie ou lumbago les douleurs localisées au bas du dos au niveau des vertèbres lombaires. Ces douleurs souvent intenses, sont diffuses sur les fesses, l’arrière des cuisses, et peuvent atteindre le derrière des genoux.

Une lombalgie peut s’accompagner d’une difficulté de mouvement voire un blocage.

Les types de lombalgie:

On distingue deux types de lombalgies, les lombalgies communes et les lombalgies symptomatiques.

La lombalgie commune

Sans gravité grâce à une prise en charge médicale à temps, ce mal de dos très répandu, est souvent de cause mécanique.  Suivant  son évolution dans le temps, la lombalgie commune  est classée en :

-lombalgie aiguë : d’une durée de moins d’une semaine
-lombalgie chronique : les douleurs se manifestent sur une durée supérieure ou égale à 3 mois
-lombalgie récidivante : les douleurs sont cycliques et régulières, se manifestant en des épisodes aigues s’étalant sur des mois, même des années.

La lombalgie symptomatique

C’est une lombalgie spécifique à une maladie : scoliose  (malformation de la colonne vertébrale), tumeur, fracture  ou infection au niveau de la colonne vertébrale. Seul le médecin peut diagnostiquer et spécifier la lombalgie pour une thérapie adéquate selon les maladies sous-jacentes.

Les causes d’une lombalgie

Les causes sont multiples, on distingue :
-Les lombalgies mécaniques : un fort pourcentage des lumbagos sont mécaniques. Dus à l’usage de l’articulation, elles se manifestent surtout en fin de journée et peuvent gêner le sommeil. Elles sont causées par un traumatisme, un  tassement des vertèbres ou une compression d’une racine nerveuse  de la moelle épinière connue sous le nom  de conflit disco-radiculaire.
-Les lombalgies inflammatoires : ne dépendant pas des mouvements de l’articulation mais  causées par une inflammation suite à une tumeur des vertèbres, une infection (tuberculose, spondylodiscite infectieuse) ou spondylarthrite ankylosante (inflammation des articulations sacro-iliaques et du rachis).
On distingue aussi l’ostéoporose comme une des causes de lombalgies chez les femmes ménopausées.

Les facteurs favorisants les lombalgies

Bien que l’âge soit un facteur de risque, les lombalgies touchent de plus en plus la population jeune. Ceci est dû à la sédentarité qui favorise le relâchement des muscles dorsaux et diminue la souplesse des ligaments, perdant ainsi leurs rôles de soutien de la colonne vertébrale.
Les lombalgies peuvent être d’origine professionnelle : métiers de force causant un déséquilibre musculaire, vibrations et secousses, chutes, mauvaise postures (assise et prolongée, posture incorrecte…). Quelques activités sportives sont contraignantes pour la colonne vertébrale et peuvent favoriser les lombalgies, on cite aussi  des facteurs psychosociaux (déception, monotonie, syndrome dépressif)  

Traitements des lombalgies

Pour prévenir les lombalgies, il faut s’adonner à des exercices physiques réguliers et pas intensifs pour renforcer les muscles du dos.
Une lombalgie confirmée, doit être prise en charge par un médecin spécialiste. La thérapie se fait par prescription de repos, de courtes durées sur un plan ferme avec administration d’anti-inflammatoires et d’antalgiques. Elle nécessite le traitement des infections et affections en cause  éventuellement.
Le clinicien prescrit des séances de rééducation et de kinésithérapie ou suggère une infiltration épidurale de corticoïdes.