Top
icon menu

Le diabète gestationnel : Causes, conséquences et recommandations

08 oct 2018

La grossesse, ce phénomène physiologique extraordinaire au cours duquel, le corps de la femme subit beaucoup de changements.
Les neuf mois de gestation sont le moment des métamorphoses du bébé mais aussi de la future maman.

Certains soucis peuvent apparaitre au cours de la grossesse. Ils sont dus au bouleversement hormonal et à la faiblesse de l’organisme de la femme en gestation.
Une femme enceinte doit visiter régulièrement son gynécologue pour un suivi échographique du fœtus, des examens et des analyses sanguines et urinaires.
Un des problèmes que peut encourir une femme enceinte est le diabète gestationnel. Il se déclare lorsque la glycémie (taux du sucre dans le sang) est élevée.

Causes et symptômes

On décèle des cas de diabète gestationnel chez des femmes qui sont diabétiques avant la grossesse mais leur diabete n’a pas été dépisté. Un test de glycémie est pratiqué aux femmes enceintes en début de grossesse pour une prise en charge rapide.

Les facteurs de risques sont l’obésité, l’intolérance au glucose ou ‘’ prédiabète ‘’, des antécédents familiaux, la prise de corticoïdes sur une longue période, des problèmes au cours des grossesses précédentes, comme l’hypertension et les infections urinaires à répétition.

Dans la majorité des cas, le diabète gestationnel est asymptomatique, il est silencieux.
Dans quelques cas, la femme enceinte peut présenter des symptômes comme une soif intense, des mictions abondantes, une perte ou une prise de poids rapide et une fatigue inhabituelle.

Conséquences

La mère et son enfant courent des risques en cas de diabète gestationnel.
Pour l’enfant : quand le poids à la naissance dépasse les quatre kilogrammes (macrosomie).

Le nouveau-né présente une jaunisse, une hypoglycémie et une détresse respiratoire. Il peut développer un diabète de type 2 qui peut l’accompagner jusqu'à l’âge adulte. Dans les cas sévères, il y a le risque de la mort du fœtus in utero.

Pour la mère : elle est exposée à des avortements spontanés, des infections urinaires, une hypertension artérielle avec des œdèmes. Elle est exposée aussi à un accouchement prématuré.
Quelques semaines après l’accouchement, dans 90% des cas, le diabète gestationnel disparait. Mais le risque de diabète (type 1 ou type 2) sur plusieurs mois voire plusieurs années, existe. 

Suivi au cours de la grossesse

Une femme enceinte qui présente un diabète gestationnel doit être suivie par un nutritionniste ou diététicien pour lui prescrire un régime alimentaire adéquat, afin de réduire l’apport en glucose et contrôler son poids. Toute une hygiène de vie est à suivre.
Les médicaments antidiabétiques sont contre-indiqués en cas de grossesse. Toute fois, l‘insuline peut être prescrite à une femme enceinte quand le changement d’hygiène de vie s’avère insuffisant.
Des échographies morphologiques pour le fœtus et pour contrôler la quantité et la qualité du liquide amniotique sont obligatoires. Toute surveillance minutieuse et rapprochée évite à la mère et à l’enfant des complications.

Suivi après l’accouchement

Une femme enceinte qui présente un diabète gestationnel court le risque d’être diabétique à vie. Après l’accouchement, elle doit poursuivre ses mesures diétético-hygiéniques, surveiller sa glycémie et se faire suivre par un endocrinologue.
Pour les grossesses suivantes, des analyses doivent être faites périodiquement et surtout au début pour une prise en charge médicale rigoureuse et un régime alimentaire adapté.

Le diabète gestationnel présente des risques pour la mère et l’enfant. Des tests de dépistage peuvent le détecter, mais vaut mieux prévenir que guérir, une alimentation saine et une activité physique avant la grossesse sont les meilleurs moyens de le contourner.
Une femme enceinte présentant un diabète gestationnel peut vivre une grossesse épanouie si elle consulte ses médecins traitants régulièrement, applique leurs prescriptions et suit les conseils de son nutritionniste ou diététicien pour améliorer son hygiène de vie.